Qu’est-ce qui fait votre spécificité ?
 

Nicolas Nève, directeur de la Banque de Luxembourg Belgique : « La Banque de Luxembourg exerce le métier de banque privée depuis 1920 au Luxembourg. Elle a de tout temps été au service d’une clientèle belge et s’en est rapprochée en 2010 en ouvrant une succursale en Belgique. Au sein de nos deux centres de banque privée, à Bruxelles et à Gand, nos clients disposent d’un interlocuteur unique qui leur assure un accompagnement personnalisé dans la durée. Ils bénéficient de notre méthodologie d’investissement, qui vise la protection du capital et la régularité des performances dans la durée, ainsi que de notre capacité à gérer des situations multi-juridictionnelles et transgénérationnelles. Mais ce qui nous distingue sans doute le plus, c’est l’attention et la considération que nous portons à nos clients, leur personne, leur famille, leur histoire, leurs valeurs, bref, à tout ce qui fait sens pour eux. »

 

Quelles sont vos activités ?
 

N. N. : « Nous offrons à nos clients l’ensemble des conseils et services nécessaires à la gestion et la transmission de leur patrimoine : des solutions d’investissement les plus classiques à des projets de planification patrimoniale. Ils bénéficient également de nos solutions de crédit, dans le cadre de leur stratégie patrimoniale. Nous leur proposons également l’ensemble des services permettant de gérer leur compte au quotidien. »

 

Quelle est votre méthodologie de gestion de patrimoine ?
 

N. N. : « Nos principes de gestion privilégient la prudence et la transparence, en réponse à la complexité grandissante du monde financier. Notre méthodologie d’investissement est solide et repose sur des principes simples appliqués avec constance et rigueur. Nos équipes d’analystes ne sélectionnent que des valeurs de qualité, aux fondamentaux solides et se tiennent à l’écart de tout effet de mode. »

 

Quelles tendances observez-vous sur le marché ?
 

N. N. : « Les nouvelles tendances du marché constituent selon nous de véritables opportunités. La première tendance est liée aux contraintes réglementaires auxquelles nous sommes soumis. Transparence et adéquation au profil du client font partie intégrante de notre démarche de conseil responsable. Certes, ces nouvelles règlementations ont nécessité des investissements informatiques conséquents. Mais MiFID II nous a également permis de développer pour nos clients toute une série d’outils numériques et pédagogiques. La seconde tendance est liée aux nouvelles générations, dont les habitudes de vie et de consommation diffèrent de celles de leurs parents. Pour satisfaire ces attentes, nous avons développé des canaux de communication complémentaires, dont notamment une "App" mobile. »

 

Quelles évolutions de votre métier anticipez-vous ?
 

N. N. : « Un être humain reste un être humain, dont l’argent n’est qu’une composante. Le moteur de toute relation - familiale, sentimentale ou de travail - est relativement complexe… et n’est pas numérisable ! Le cœur de notre métier restera d’être à l’écoute de nos clients et de laisser du temps au temps pour permettre à chacun de prendre des décisions à son propre rythme. Au-delà, il y a la démarche didactique à adopter et l’adaptation aux nouvelles générations. Enfin, nous avons basculé dans un monde complètement ouvert. Aujourd’hui, nos clients viennent peut-être de Belgique, mais ils ont souvent des intérêts à l’étranger (enfants, bien immobiliers, entreprises, etc.). Dans notre métier, il nous faut tenir compte simultanément de toutes ces juridictions et leurs implications. Nos origines luxembourgeoises nous permettent d’intégrer aisément cette complexité. »