Pierre-Alain Franck
Administrateur, Union professionnelle du secteur immobilier

Il ne s’agit pas là de qualités découvertes en l’année 2014, mais bien de caractéristiques particulières qui se vérifient depuis des décennies, et qui confèrent à ce type d’investissement une place toute particulière dans l’éventail des propositions de placement qui se présentent à l’investisseur privé. Explication de Pierre-Alain Franck, Administrateur, Union professionnelle du secteur immobilier.

On parle d’investir dans la brique, pas de poser la première pierre. Si l’investissement immobilier est très attractif aujourd’hui, c’est parce que le secteur a su se développer et proposer des solutions adéquates par rapport aux désirs et soucis des investisseurs privés. Investir dans l’immobilier ne se limite plus à acheter un logement, qui serait occupé par le propriétaire ou mis en location par celui-ci. Aujourd’hui, l’investisseur dispose de choix multiples et variés : au-delà de l’achat d’un logement, il peut investir dans l’immobilier sous la forme de « papiers ». En particulier, il est question ici d‘achat d’actions de SIR (anciennement des SICAFI) qui sont spécialisées dans des segments spécifiques tels que des logements, des maisons de retraites, des bureaux, des kots étudiants, des entrepôts logistiques ou des commerces. Tant de segments avec lesquels l’investisseur peut avoir des affinités et / ou des intérêts. Ces alternatives d’investissement immobilier sont fiables (ces sociétés doivent en effet se soumettre à un cadre réglementaire strict) et rentables (notamment en raison des avantages fiscaux qu’elles proposent).

 

À l’inverse des autres formes, l’investissement dans l’immobilier pourra cependant toujours se targuer de proposer ces avantages clés dans un monde qui bouge : simplicité, tangibilité et stabilité

 

Des analyses et choix stratégiques payants

Si l’investisseur privé désire néanmoins axer son investissement immobilier directement sur de la pierre, il peut, là aussi, faire quelques analyses et choix stratégiques simples qui lui garantiront un bon investissement sur le long terme : 

 

  • Localisation : choisir des communes (voire des quartiers) qui sont bien gérées par les autorités communales (au niveau des transports en commun, infrastructures, équipements…) et où l’on constate une croissance de la population. Vérifier ce paramètre, c’est s’assurer qu’il y a une demande pour cette localisation ; c’est essentiel.
  • S’informer sur les loyers : comparaison n’est pas raison. Néanmoins, en s’informant sur les loyers qui sont proposés dans le quartier concerné, on peut rapidement constater si le prix d’achat d’un bien immobilier n’est pas excessif par rapport à son rendement locatif.
  • Nouveaux logements versus anciens logements : en vue de limiter les risques financiers, il est toujours davantage conseillé d’acheter un bien neuf plutôt qu’ancien. Le bien neuf est souvent un peu plus cher, mais il ne faut pas sous-estimer les frais de réparation et / ou de rénovation qui vont de pair avec des logements plus anciens. Par ailleurs, l’ensemble des normes urbanistiques et énergétiques qui sont actuellement d’application pour les nouveaux logements sont à ce point exigeantes et importantes que le propriétaire aura la garantie d’avoir un bien de qualité entre ses mains.
  • Mise en location par un organisme extérieur : un reproche qui est souvent fait à l’investissement immobilier concerne les déboires que rencontrent certains propriétaires avec les locataires. Là aussi, le marché a su se développer et on voit apparaître actuellement un ensemble d’organismes et de sociétés qui gèrent tous les aspects de location à la place de l’investisseur (dont le paiement du loyer, comme c’est le cas avec les AIS). Cela a un coût, mais c’est également la garantie d’avoir un revenu fixe. Les investisseurs privés sauront valoriser cette garantie.

 

Si l’investissement immobilier est très attractif, c’est parce que le secteur a su se développer et proposer des solutions par rapport aux désirs et soucis des investisseurs privés

 

Des qualités qui perdurent dans un monde qui bouge

Finalement, on ne peut faire abstraction des réformes qui sont annoncées au niveau fédéral et régional, et qui affectent la rentabilité de l’investissement immobilier (par exemple, le bonus logement). Ceci est d’évidence une mauvaise nouvelle pour les propriétaires (occupants). Néanmoins, cela ne veut pas dire pour autant que l’investissement immobilier soit inintéressant sur le long terme. Bien au contraire ; les réformes concernent tous les secteurs d’activités, et finalement aucune forme d’investissement n’est réellement épargnée. À l’inverse des autres formes, l’investissement dans l’immobilier pourra cependant toujours se targuer de proposer ces avantages clés dans un monde qui bouge : simplicité, tangibilité et stabilité.