Nous avons posé ces questions à Christian Schmitt, portfolio manager chez Ethenea.
 

Quelle est la situation actuelle de notre économie ?
 

« L’année 2017 s’est déroulée selon le scénario de ‘Goldilocks’, un scénario inspiré de ce conte pour enfants dans lequel la jeune héroïne Boucles d’or goûte trois bols de bouillie différents avant de se décider pour celui qu’elle juge à la bonne température : ni trop chaud, ni trop froid… Nous constatons en effet une reprise générale synchronisée de l’économie mondiale. La preuve la plus tangible en est que le nombre de pays en récession n’a jamais été aussi bas. Selon le FMI, seuls douze pays sur 194 se trouvaient dans cette situation en 2017 et on s’attend à ce qu’ils ne soient plus que six en 2018. Cette évolution positive touche donc l’ensemble de la planète. »

 

"Il est certainement plus avisé de répartir ses moyens sur des produits d’investissement classiques plutôt que de parier sur des produits spéculatifs comme par exemple le bitcoin."

« De plus, il n’existe actuellement pratiquement aucun risque de déflation ou d’inflation. Au cours des dernières années, les banques centrales devaient s’engager à fond pour combattre la déflation. Ce n’est désormais plus le cas. Nous observons également une lente évolution haussière des salaires et des chiffres de chômage particulièrement bas dans les pays occidentaux. Il est vrai qu’une certaine pression commence à se manifester, mais nous ne sommes vraiment qu’au début. Le niveau de l’inflation est en ce moment sain et les conditions qui entourent les banques centrales sont optimales. »

 

Quelles sont les raisons de cette évolution positive ?
 

« Une des causes tient au fait qu’au cours des dernières années, les banques centrales ont véritablement inondé les marchés d’argent gratuit. Elles ont ainsi grandement facilité l’accès aux moyens d’investissement. Dans le même temps, l’économie des États-Unis s’est complètement rétablie de la crise financière, ce qui a forcément eu une influence majeure puisqu’il s’agit de la première économie mondiale et qu’elle est celle qui repose le plus sur le capital. »

« Une autre explication est à trouver dans la transformation réussie du marché chinois après les problèmes qu’il avait connus en 2015. Une situation dont ont profité les pays exportateurs comme l’Allemagne. C’est ce qui explique le début de l’évolution positive de ces deux dernières années, qui continue à produire ses effets aujourd’hui. »

 

Quelles sont vos attentes pour 2018 ?
 

« Nous nous attendons à ce que la situation reste globalement la même durant les trois à six premiers mois de 2018. Nous devrons par la suite être plus attentifs à certains secteurs du marché et à certaines régions, pour voir s’il ne s’y produit pas une pression inflationniste. Nous observons par exemple que les États-Unis évoluent déjà en ce moment vers une phase d’inflation, avec un taux de chômage extrêmement bas. La banque centrale des États-Unis est donc à la recherche de moyens pour réduire son bilan. Les autres pays - les pays européens notamment - ne se situent pas encore dans cette phase. »

"Le niveau de l’inflation est en ce moment sain et les conditions qui entourent les banques centrales et l’économie sont optimales."

« Toutefois, il arrivera tôt ou tard un moment où nous devrons nous montrer particulièrement flexibles tant au plan mental qu’en matière de placements, pour être en mesure de suivre l’évolution des marchés financiers. Ce n’est qu’ainsi que nous pourrons limiter les risques du futur. »

 

Que conseillez-vous aux investisseurs ?
 

« Si vous possédez des actions, il vaut mieux les garder pendant un certain temps. Par contre, ce n’est certainement pas le moment de placer tous vos moyens en actions, car celles-ci sont susceptibles de connaître subitement des écarts importants. Il vaut donc mieux répartir au mieux vos moyens dans un portefeuille largement diversifié. De plus, les obligations restent encore toujours intéressantes. L’économie continue en effet à bien se porter pour l’instant. »

« Il est certainement plus avisé de répartir ses moyens sur des produits d’investissement classiques plutôt que de parier sur des produits spéculatifs comme le bitcoin. C’est dans cet esprit que nous constituons nos portefeuilles chez Ethenea. Nous veillons à faire fructifier les moyens de manière sûre et durable, sans prendre de risques inutiles. »