La croissance des économies occidentales est actuellement inférieure à son niveau d'il y a quelques années, et les banquiers centraux s'efforcent de les stimuler en ayant recours à la politique monétaire. Celle qu'applique la BCE est toutefois à l'origine des taux extrêmement faibles dans la zone euro. Il a été suggéré récemment d'ajouter davantage de stimuli fiscaux.

Vision d'avenir

L'encours des obligations à taux négatif résultant de la politique de la BCE a pris des proportions inouïes à l'échelle mondiale. Les gestionnaires d'actifs peuvent réagir favorablement à ce défi en élargissant la gamme d'instruments d'investissement à rendement fixe dans leurs portefeuilles : à côté des traditionnelles obligations d'État de la zone euro, l'univers d'investissement peut se tourner vers d'autres pays comme les USA et les émergents, ou encore vers des obligations à court terme et à rendement élevé.

Les épargnants et les investisseurs peuvent choisir de confier la composition de leur portefeuille à des gestionnaires professionnels.

Défis géopolitiques

Les investissements en actions se justifient également. Le rendement moyen d'un portefeuille d'actions diversifié dépassera l'inflation. Même avec une légère hausse de l'inflation, les investissements en actions, autrement dit les participations dans des actifs réels, garantiront le pouvoir d'achat à long terme. Sachant que deux tiers environ du rendement à long terme des actions provient des dividendes, il est important d'en tenir compte dans chaque décision d'investissement. C'est ce qui explique le succès de diverses stratégies de dividendes.

L'instabilité inhérente au climat international, caractérisée par l'actualité géopolitique (Brexit, référendum en Italie, élections présidentielles aux USA, crise des réfugiés...) constitue également un défi.

Valeur ajoutée des gestionnaires d'actifs

Les épargnants et les investisseurs peuvent choisir de confier la composition de leur portefeuille à des gestionnaires professionnels. Ceux-ci constituent un fonds patrimonial ou à allocation d’actifs en fonction de la stratégie préalablement définie ; selon son profil et son horizon d'investissement, l'investisseur peut mettre l'accent sur la préservation ou la croissance du capital. Les gestionnaires de patrimoine veillent à accompagner durablement leurs clients.

Pour référence : taille du secteur de la gestion d'actifs belge

L'industrie de la gestion d'actifs belge gère actuellement 280 milliards d'euros. Les fonds commercialisés publiquement en Belgique équivalaient à 169 milliards d'euros fin juin 2016. Dans le patrimoine des familles, les fonds représentent actuellement quelque 13 % avec une tendance à la hausse. Près de 2 millions de Belges détiennent des fonds dans leur portefeuille d'investissement, et ils sont 1.5 million à constituer actuellement leur pension complémentaire au moyen d'un fonds d'épargne-pension du troisième pilier.