Nous devons donc les puiser dans notre alimentation.

De plus en plus de denrées alimentaires enrichies en acides gras oméga-3 font leur apparition sur le marché, vantant leurs bénéfices pour l’un ou l’autre problème de santé. Mais qu’en est-il au juste ? Les résultats de recherches très récentes démontrent très clairement l’impact positif des acides gras oméga-3 sur notre santé cardiovasculaire.

La médecine accorde aujourd’hui une attention grandissante au syndrome métabolique. Celui-ci se caractérise par une légère élévation des taux de sucre et de cholestérol dans le sang, une tension artérielle un peu trop haute et un certain embonpoint abdominal. En résumé, un profil de « bon vivant » dans lequel bien des quinquagénaires se reconnaîtront. Plusieurs études démontrent que les oméga-3 constituent des facteurs importants pour le maintien de la santé cardiovasculaire chez ces personnes.

Effet anti-inflammatoire

Une première étude (Toussoulis et al, Atherosclerosis, 2014) a été effectuée chez des personnes présentant un syndrome métabolique qui s’accompagne d’un risque cardiovasculaire accru. Pendant 12 semaines, on leur administra quotidiennement soit 2 grammes d’acides gras oméga-3 soit un placebo. Une mesure des paramètres reflétant l’élasticité et l’état de la paroi des vaisseaux sanguins fut effectuée au début et à la fin de l’étude. Ces paramètres montraient une nette amélioration chez les personnes ayant reçu le supplément d’oméga-3, tandis qu’aucun changement n’était constaté sous placebo.

L’effet favorable des oméga-3 résulte principalement de leur effet anti-inflammatoire sur les artères. La présence d’inflammation et son action délétère sur les vaisseaux sanguins sont des données récentes en cardiologie. Les suppléments d’oméga-3 d’origine marine, provenant de l’huile de poisson, et contenant à la fois de l’acide eicosapentaénoïque (EPA) et de l’acide docosahexaénoïque (DHA) contribuent donc à améliorer l’élasticité des artères et, de ce fait, facilitent la circulation sanguine. Au cours de cette même étude, une légère diminution du cholestérol total a été constatée chez les personnes ayant reçu le supplément d’oméga-3.

Une moindre adhésion du cholestérol

Une deuxième étude (Yang et al, Am J Clin Nutr, 2012) a mis en évidence que les acides gras oméga-3 étaient capables de freiner l’adhésion du cholestérol dans les vaisseaux sanguins, aussi connue sous la dénomination d’athérosclérose. Cet effet positif des oméga-3 n’est pas tant le résultat d’une diminution de la quantité de cholestérol, mais plutôt du blocage de la fabrication de substances spécifiques qui provoquent l’adhésion du cholestérol aux parois des artères.

Situation préoccupante en Belgique

L’Association américaine pour le Cœur recommande de consommer 1 gramme d’oméga-3 par jour, en particulier lorsque des facteurs de risque sont présents. Une enquête menée par l’Université de Gand en 2012 auprès de 3 000 Belges a montré que 9 personnes sur 10 consommaient trop peu d’oméga-3 – une situation préoccupante.