Les gens vous semblent-ils plus attachés qu’autrefois à leur maison ?

Cédric Wautier - Non, pas spécialement ! Le Belge a toujours eu une brique dans le ventre, eu envie de sa maison, de son appartement, de son cocon, de mettre en place des choses et de le faire bien.

Quelles tendances constatez-vous dans la construction et la rénovation ?

C. W. - Depuis dix à quinze ans, les tendances de base ne varient guère : les gens recherchent notamment la lumière, la clarté et le contact avec l’extérieur. Toutefois, ils font de plus en plus attention aux contraintes écologiques et aux économies d’énergie, à la fois celles qui sont imposées par la législation et celles qui relèvent de leur envie personnelle. Une autre tendance de fond est le retour à des matériaux plus naturels comme le bois, ou l’arrivée de matériaux contemporains pouvant désormais être utilisés dans la construction.

Nos modes de vie ont également influencé l’aménagement de nos logements…

C. W. - Effectivement ! Les personnes désirant plus souvent communiquer entre elles, les pièces communiquent, elles aussi, mieux entre elles ; elles sont moins cloisonnées qu’autrefois. Nos modes de vie comprennent également de nouvelles contraintes, comme le fait d’avoir affaire à de plus en plus de familles recomposées, et cela implique de nouveaux agencements. D’une manière générale, la plupart des gens choisissent désormais l’aménagement de leur habitation en fonction de leurs besoins et de leur mode de vie réels. Les maisons préfabriquées, par exemple, n’offrent que rarement cela. Mais, force est de constater qu’encore beaucoup de gens continuent à faire appel à des sociétés proposant des logements clé sur porte, car c’est plus facile et moins contraignant que de devoir réfléchir à ce que l’on veut exactement.

En matière de maisons intelligentes, voyez-vous des changements importants ?

C. W. - Si la domotique et la gestion à distance de l’énergie, comme le lancement du chauffage à partir de son téléphone portable, sont plus présentes qu’avant, cela reste assez rare. Cependant, le phénomène de la « gestion intelligente » prend tout son sens en termes d’économie d’énergie. Il commence à se développer avec les jeunes générations.

Sur les 473 maisons que vous avez visitées, qu’est-ce qui vous a le plus marqué ?

C. W. - Le fait que chaque maison raconte une histoire. Souvent, même avant de passer la porte d’entrée d’une maison, rien qu’en voyant celle-ci de l’extérieur et en fonction du « bonjour » des propriétaires, je sais dans quel genre de logement je vais arriver et quel genre de famille, de couple ou de personne seule je vais rencontrer. Chaque projet de maison correspond à une personnalité et à un mode vie.