« Une expérience minimale peut s’avérer utile, mais l’entrepreneuriat est quelque chose qu’on doit d’abord avoir dans le sang ». C’est ce qu’estime Hans Similon, Chief Viking chez Mobile Vikings et fondateur de No Id Consultancy. Nous lui avons demandé de nous raconter son parcours et de nous exposer sa vision de l’entrepreneuriat.

Qu’est-ce qui vous a amené, en tant que jeune, à vous lancer dans l’entrepreneuriat ?

« Le besoin d’entreprendre est quelque chose que j’ai très tôt senti en moi. Par le biais de différents jobs d’étudiant, j’ai pu dévoiler mon talent commercial, et il ne m’a d’ailleurs pas fallu longtemps pour occuper ma première fonction de commercial dans le domaine des télécoms. J’ai néanmoins choisi de continuer mes études d’assistant social. Une décision qui s’est révélée judicieuse, car il est important de pouvoir dialoguer et de chercher à savoir ce que les gens attendent, d’analyser et de proposer par la suite une solution sur mesure. Comprendre les gens et leurs besoins, cela me convient parfaitement. »

« Durant les dix premières années de ma carrière, je me suis retrouvé dans différentes entreprises en phase de restructuration. Cela m’a énormément appris. Lorsque Mobile Vikings m’a fait une offre, je l’ai acceptée à la condition d’intervenir en tant qu’indépendant. Un choix qui me rendait personnellement responsable des résultats et qui me donnait en plus la flexibilité nécessaire pour progresser en tant qu’entrepreneur. Très rapidement, j’ai développé le helpdesk et la stratégie marketing, et avec notre jeune équipe, nous nous sommes implantés sur le marché à côté des géants des télécoms.

Durant les dix premières années de ma carrière, je me suis retrouvé dans différentes entreprises en phase de restructuration. Cela m’a énormément appris

Quelle est l’importance de l’expérience professionnelle pour un entrepreneur débutant ?

« Que vous optiez d’emblée pour l’entrepreneuriat ou pour une fonction rémunérée, il n’y a pas vraiment de voie préétablie. L’entrepreneuriat est quelque chose qu’on doit d’abord avoir dans le sang. Vous devez toujours vous fixer des objectifs et des défis comme s’il s’agissait de votre propre entreprise. Dans mon cas personnel, l’expérience s’est révélée être un facteur de développement important pour devenir l’entrepreneur que je suis aujourd’hui. Tout le monde n’a toutefois pas besoin de posséder de l’expérience pour réussir. À chacun sa voie… »

« Ce que je pense aussi, c’est qu’on devrait offrir plus d’opportunités aux travailleurs rémunérés pour qu’ils se sentent «entreprenants». Il ne faut pas freiner l’élan de ceux qui ont envie de travailler davantage. Il faudrait plus d’espace et de flexibilité pour l’innovation et l’entrepreneuriat. La législation sociale existante est surprotectrice. Elle ne stimule pas assez la nouvelle génération dans le sens du dépassement de soi, et elle complique même parfois la vie de ceux qui ont envie de lancer un projet. »

Que vous optiez d’emblée pour l’entrepreneuriat ou pour une fonction rémunérée, il n’y a pas vraiment de voie préétablie. Vous devez toujours vous fixer des objectifs et des défis comme s’il s’agissait de votre propre entreprise

Quels sont, d’après vous, quelques-uns des plus grands défis qui attendent les entrepreneurs débutants, et comment y faire face ?

« Un premier grand défi est la nécessité de toujours garder les deux pieds sur terre, de faire preuve de réalisme. Si vous ne cherchez qu’à faire du profit, vous ne tiendrez pas longtemps. Il est important que vous preniez du plaisir à ce que vous faites et que vous abordiez chaque nouvelle journée avec l’envie d’aller plus loin. C’est le meilleur moyen de se préparer aux nouveaux défis ou aux nouvelles opportunités. »

« Un entrepreneur pense et agit pour lui-même, ce qui crée parfois un sentiment de solitude. C’est pourquoi il est important de développer et d’entretenir un réseau autour de soi. Faute de quoi, vous ne représentez rien en tant qu’entrepreneur. Ne coupez jamais les ponts sans bonnes raisons et cherchez toujours à garder le contact avec les personnes de votre réseau, tant au plan professionnel que pendant vos temps libres. »

« Ce réseau, vous pouvez d’ailleurs le développer grâce aux médias sociaux, aussi bien en ligne qu’hors ligne. Des règles identiques valent pour les uns comme pour les autres : «vivre et laisser vivre» et «donner et recevoir». Le nouvel entrepreneuriat ne correspond plus au classique «donner et prendre». Ne faites rien dans l’attente de recevoir automatiquement quelque chose en échange. Si vous recevez quelque chose de manière spontanée, cela a beaucoup plus de valeur. Ainsi, je n’essaierai jamais de persuader des amis ou des correspondants de mon réseau de devenir des clients. S’ils sont convaincus de la valeur ajoutée et de la qualité du produit, ils décideront d’eux-mêmes. Quand tout va bien, ce sont d’ailleurs vos clients qui deviennent vos meilleurs ambassadeurs auprès de nouveaux clients potentiels. »

Comment faites-vous de vos clients les ambassadeurs de votre entreprise ?

« Il faut tout d’abord que votre produit et tout ce qui tourne autour soient au point. Pour cela, il faut se mettre à la place du client et créer un produit dont vous auriez vous-même envie et qui vous donne entière satisfaction. Ensuite, vous devez régulièrement le tester afin de détecter les points à améliorer et déterminer les aménagements susceptibles de constituer une plus-value pour le client. Restez aussi fidèle à votre produit et à son histoire, et n’hésitez pas, en fonction de cela, à dire non de temps à autre lorsqu’une offre ne s’inscrit pas dans votre histoire. Vous obtiendrez bien plus en restant vous-même et les clients s’en rendront compte. »

Comment envisagez-vous l’évolution du paysage des affaires ? 

« Le paysage des affaires va fortement évoluer. Il suffit d’observer le surgissement puissant de l’économie du partage – la «sharing economy» – à l’étranger. La mentalité surprotectrice qui prévaut dans notre pays à l’égard de sociétés innovantes telles qu’Uber et Airbnb conduit souvent à réprimer l’entrepreneuriat moderne. C’est intenable. Le monde change, et donc aussi la manière d’entreprendre. Une personne qui aurait lancé avec succès son affaire il y a 20 ans ne pourrait plus le faire de la même manière aujourd’hui. De nos jours, il est plus que jamais question de coopération, et cela nous ramène une fois de plus à un point que j’ai déjà relevé, à savoir l’importance du réseautage. »

« Avec la présence sans cesse grandissante des réseaux en ligne, il me paraît primordial que dès l’école, les jeunes apprennent à gérer intelligemment les médias sociaux. Ce que vous faites ou dites en ligne peut être rapidement diffusé et resurgir plus tard dans votre carrière, avec des conséquences parfois fâcheuses. Il convient donc de faire preuve de la plus grande prudence, en particulier si vous vous lancez dans les affaires. C’est une évolution qui pèse fortement sur la société et sur la manière dont les affaires seront menées à l’avenir. La transparence et l’authenticité seront plus importantes que jamais. La nouvelle génération d’entrepreneurs n’a plus la possibilité de se retrancher derrière de coûteuses campagnes de marketing. Vous devez réaliser ce que vous promettez à vos clients. Les entrepreneurs seront amenés à être plus proches de leurs clients. »

Avez-vous encore un dernier conseil à donner aux jeunes entrepreneurs ?

« Essayez si possible de trouver un mentor. Une personne possédant de l’expérience dans l’entrepreneuriat et capable de poser un regard objectif sur vos affaires peut être un atout considérable pour un entrepreneur débutant ; elle connaît les nombreux traquenards et son approche sera différente de la vôtre. Elle pourra ainsi éclairer votre projet par des apports de qualité et des idées auxquelles vous n’auriez pas songé. On en revient donc une fois de plus à l’importance du réseau et à la notion du «donner et recevoir», appliquée dans ce cas à la collaboration entre les anciennes et nouvelles générations d’entrepreneurs. La combinaison de l’expérience des uns et du jeune talent innovant des autres est la formule magique du succès. »