Nous sommes au début de la prise de conscience des changements que vont apporter les évolutions technologiques. Notre enseignement est issu du Moyen-Age et de l’organisation du travail au 19e siècle. L’organisation scolaire correspond au taylorisme dans l’industrie, la production de masse d’un produit standardisé de qualité stable. Or, est-ce ce dont nous avons besoin ? Aujourd’hui, chacun veut un produit unique répondant à ses spécifications personnelles. Créativité, inventivité et souplesse sont nécessaires dans les entreprises et les administrations.

L’enseignement n’a pas su évoluer dans son mode d’apprentissage, dans la façon de permettre au plus grand nombre de développer au maximum ses compétences les plus utiles dans la carrière. Dans l’enseignement, on constate encore souvent des écarts très importants entre cette volonté de former des têtes bien faites et des personnes aux compétences suffisantes pour intégrer le monde des entreprises.

Rythmes d’apprentissage plus individualisés

La formation continue reste théorique. Rares sont les jeunes qui ont compris qu’au-delà de leur cycle d’études, ils vont devoir s’y remettre tout au long de leur carrière, une carrière qui ne cesse de s’allonger. Pourtant, c’est là qu’on voit les premières applications de la technologie. Les cours en ligne sont aujourd’hui bien développés. Leur nombre a fait plus que doubler entre 2004 et 2016. Ces cours ont permis une démocratisation du savoir très important, des rythmes d’apprentissage plus individualisés. Il existe d’autres formes d’enseignement par la technologie. On retrouve des formations sur Internet et des chaînes spécialisées. L’enseignement uniquement à distance n’est pas le plus amené à se développer. Aujourd’hui, on s’oriente davantage vers un mélange entre l’apprentissage en ligne et en présence physique. Les sociétés de formation développent de plus en plus d’outils mixtes.

Pour une logique de marché

Face aux distorsions entre enseignement et emploi, la formation professionnelle trouve sa place. Nous continuons à plaider pour une logique de marché dans la formation. Un client mécontent ne revient pas. Les entreprises de formation développent davantage le ciblage sur le profil d’encadrement à travers du coaching. Le rôle des entreprises dans le développement de leur personnel devient un enjeu dans des organisations gérées en mode projets.