1. Si une telle expérience se présente à vous, foncez !
     
  2. Une école peut proposer elle-même son projet à la CCGPE (centre de coordination et de gestion des programmes européens) qui se chargera de mettre ses experts sur le coup et d’intégrer d’autres écoles intéressées par le projet. Rien ne nous empêche donc, en tant qu’élève, de soumettre l’idée à son directeur…
     
  3. Pour être moins stressé sur place, renseignez-vous à l’avance pour les logements, les moyens de transport…
     
  4. Si c’est possible, essayez d’arriver avant le début de votre stage pour avoir le temps de prendre vos repères.
     
  5. Pour en retirer un maximum, l’élève doit jouer le jeu de l’immersion linguistique. Julia Poncin, qui est partie à Birmingham, parlait exclusivement anglais dans sa colocation avec des Anglais, mais aussi des étrangers. C’est ce qui lui a permis d’améliorer sa connaissance de la langue.
     
  6. Elle insiste également sur l’importance de s’ouvrir aux autres !
     
  7. Ne considérez pas ce voyage comme des vacances. Vos compétences seront évaluées sur place et intégrées dans votre évaluation en Belgique à votre retour.
     
  8. Indiquez sur votre CV au moment de la recherche d’emploi cette expérience et l’existence d’un Europass mobilité, document à montrer en cas de demande du futur employeur. Pour Julia Poncin, c’est ce qui a fait la différence !
     
  9. Même si, par confort, on préfère chercher un boulot près de chez soi, il faut profiter de cette expérience pour se donner des opportunités d’emploi à l’étranger.
     
  10. Gardez des contacts, les personnes rencontrées pendant le stage pourraient devenir de futurs collaborateurs.