Maltraitance psychologique

Que ce soit par la parole ou par le geste, infliger des souffrances morales porte atteinte à l’identité de la personne, à sa dignité ou à son estime de soi. Ces abus peuvent se manifester sous des formes innombrables. A titre d’exemples, citons pêle-mêle la dévalorisation, la menace, la culpabilisation, le non-respect de l’intimité, le harcèlement, le chantage ou encore l’infantilisation.

Physique

La maltraitance physique peut se manifester sous la forme de violences telles que des coups, gifles ou bousculades. Mais elle peut aussi, de manière plus saugrenue, se traduire par des soins inadaptés : alimentation forcée, mauvaises manipulations, soins brusques, soins sans information ni préparation, etc. L’utilisation de la contrainte physique, comme le cas extrême d’une séquestration, n’est pas non plus des plus rares.

Civique

Comme tout autre citoyen, la personne âgée est avant tout un adulte ayant des droits. Force est de constater que le non-respect de ceux-ci est légion. Il peut s’agir notamment d’un détournement d’une procuration de vote, de la gestion illégale de biens, de la limitation de la liberté, de la privation d’une pratique religieuse, de la confiscation des papiers d’identité ou de l’atteinte à la liberté du choix thérapeutique.

Financière

Ce type d’abus prive ou empêche la personne âgée d’avoir accès à la totalité ou à une partie de ses ressources. L’utilisation illégale de son argent, la spoliation de ses biens, la signature forcée et la procuration abusive en sont quelques exemples flagrants.

Négligences

Il s’agit de ne pas tenir compte des besoins essentiels du senior : le priver de nourriture, de médicaments ou de soins corporels élémentaires par exemple.