Comment fait-on pour garder la forme malgré un tel emploi du temps?

B.J. Scott : «En réalité, je passe ma vie en me sentant tout le temps crevée! (rires) Mais j’ai la chance de me sentir très stimulée par mon travail que j’adore et de recevoir l’énergie des gens plus jeunes autour de moi. À l’âge qui est le mien -56 ans- et que j’assume totalement, j’insiste de plus en plus pour faire un maximum de choses que j’aime.»

Vous faites attention à votre santé?

B.J. S. : «Bien sûr. Il est important de savoir s’octroyer le temps de prendre du repos, d’autant plus qu’on récupère moins vite à mon âge que dans la vingtaine ou la trentaine.»

Pour autant, avec l’âge qui avance, se sent-on plus sûr de soi qu’auparavant?

B.J. S. : «Sans aucun doute. Un cap assez compliqué à franchir pour moi a été celui de la ménopause. Au départ, j’ai eu beaucoup de difficultés à accepter de voir mon corps changer radicalement. J’ai vraiment dû effectuer un travail sur moi-même pour, au final, intégrer ces modifications physiques.»

Quels conseils donneriez-vous pour aborder sereinement la cinquantaine?

B.J. S. : «Une alimentation saine me paraît essentielle. Je ne me focalise pas nécessairement sur le fait qu’un aliment soit diététique ou pas, mais par contre je fais très attention aux additifs.

L’idéal est évidemment de pouvoir pratiquer un sport, mais ce n’est pas toujours possible pour tout le monde. On peut se permettre une sortie entre amis, un bon restaurant de temps en temps… et même quelques rondeurs (rires), mais le tout est de savoir garder une certaine modération.»

Bref, savoir profiter de la vie?

B.J. S. : «Exactement, mais afin d’en profiter le plus longtemps possible, il faut toujours écouter son corps et effectuer un bilan de santé chaque année. Beaucoup de gens de mon âge préfèrent ne rien savoir, mais il ne faut surtout pas reculer devant la peur. C’est une des clés essentielles pour continuer à savourer l’existence à tout âge!»