Choisir une maison de repos suppose que la personne âgée se trouve dans une situation difficile où le domicile commence à marquer ses limites. « Il va s’agir de prendre une décision lourde de conséquences, souligne Marie-Pierre Delcour, directrice d’Infor-Homes Bruxelles. On ne choisit pas une maison de repos comme un lieu de vacances. Nous avons créé un service de conseils personnalisés pour le choix d’un lieu de vie. »

Base de données

Il est important de considérer chaque situation individuellement. « Dans nos consultations, 16 % de nos consultants sont des personnes âgées qui viennent pour elles, 84 % sont des proches, dont des membres de la famille, d’autres ayant des liens relationnels forts, et enfin des proches professionnels. La base de données reprend des informations détaillées sur toutes les structures et institutions (publiques, privées, grandes, petites, etc.) qui, à Bruxelles, accueillent des adultes vieillissants. Notre asbl est totalement indépendante et neutre. »

Informations

Elles sont de deux ordres : descriptives et qualitatives. « Fruits de la récolte de sources différentes, elles sont consignées dans cette base de données. Les services visitent systématiquement toutes les structures avec une méthodologie particulière pour cerner au plus près l’offre de services. Nous avons des collaborations avec les services d’inspection, des contacts avec les services sociaux, les CPAS, les hôpitaux, et nos consultants. »

Critères

Quels sont les critères de choix ? « Le budget dont dispose la personne est le critère essentiel. Autre élément, la pathologie. On n’oriente pas au même endroit une personne qui est atteinte de la maladie d’Alzheimer et une autre, valide et lucide. Autre critère, les besoins et désirs de la personne. Aime-t-elle la vie en communauté, ou pas ? La proximité géographique peut aussi jouer. Le but est de lui trouver un lieu qui va se rapprocher au maximum de sa vie habituelle. »