« Dans notre pays, la tentation est grande de considérer qu’une personne n’est plus aussi productive sur le marché du travail une fois franchi le cap de la cinquantaine. Sans doute est-ce dû au fait que la prépension a longtemps été accordée à un âge assez jeune. 

Des stéréotypes

Ces stéréotypes entraînent parfois aussi une méfiance chez les employeurs, qui considèrent qu’une personne qui a été longtemps active dans la même société aura du mal à s’adapter à un nouvel environnement. Par ailleurs, certains pensent qu’une personne de plus de 50 ans est moins productive, or il n’y a aucun lien qui puisse être démontré entre l’âge et la productivité. Néanmoins, il est vrai que certains éprouvent parfois du mal à faire le deuil de leur ancienne activité, qui leur octroyait un statut social qu’il est difficile de perdre. 

50s@work

Rester performant au-delà de 50 ans peut s’exprimer de nombreuses manières différentes. Montrer qu’on a de la volonté, de la ténacité, par exemple via la pratique d’un sport, véhicule toujours certaines valeurs positives vis-à-vis de l’entourage professionnel. 

Pour aider les 50 ans et plus, des outils sont mis à leur disposition, à l’instar de l’asbl 50s@work en région bruxelloise, dont un des objectifs est d’éviter la marginalisation des travailleurs plus âgés qui se retrouvent sans emploi, en créant les circonstances favorables pour les situer positivement sur le marché de l’emploi et de la création d’entreprise. »